17/09/2012

il(e) - 5 -


Sentir les marches sous mes pieds. Corps endolori. Tiens, tu as froissé le petit mot pour ton voyage. Il est caché là. Etre une particule d’air. Ouverte au présent. Pourtant. Ne plus pouvoir éviter encore longtemps. Reprendre la tenue. Camisole de normalité. Finir par leur répondre. Donner signe de vie. Se soumettre aux codes. Etre sage. Je ne suis que déraison. Devoir ? Ce n’est pas mon combat. 
M’envoler, me poser là, à l’abri, sur la pierre encore chaude. Laisser émerger la courbe d’un sourire. Juste là. Donner à l’envie. A tout, à rien. Se consoler. N'être rien. Tout. Un petit mot froissé là, caché, invisible. Abandonné par terre.

Agathe Elieva © 
extrait de il(e)

© Olivier Bouillaud




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire