20/09/2012

il(e) - 6 -


Le récit avance, le temps presse, monte l’éclosion du monde avec ou sans toi. Où es-tu à cet instant ? Je te cherche dans mon esprit, dans la pâleur du ciel, dans le sucré du jasmin, dans l’acide du citron, dans mes mains qui restent vides. J’irradie ma douceur en espérant qu’elle te réveille de ce long sommeil que tu ne veux pas quitter, tu y souris parfois, ce sourire qui t’échappe et plisse tes yeux, j’irradie et me brûle le cœur. 
Fragile et dénudée. Je suis un fil de soie, qui casse si on le tient trop fort, qui ne peut étinceler que s’il est protégé, qui te tient chaud ou froid selon ta nécessité et ton désir, un fil de soie qui laisse perler ton existence. Un souffle, une écharde. Fantôme qui bruisse, l’épée ensevelie. Cache-misère de tous les débris de métal, une venelle abritée où nous irons baiser. 

J’ai faim. J’ai peur. Où es-tu caché ? 

Reviens amour, appelle-moi que j’entende mon nom chanter par ta bouche et ton envie de moi.

Agathe Elieva © 
extrait de il(e)


© Satin Popalam




3 commentaires:

  1. j'aime les virages à angle droit que prend ce texte, d'images poétiques en mots crus, parfaite évocation des bouillonnements internes.

    RépondreSupprimer
  2. Toutes les émotions....toutes les sensations y sont....MAGNIFIQUEMENT ECRIT!

    MERCI........c'est doux c'est bon.....Mathildeçaira (Facebook)

    RépondreSupprimer