28/10/2012

Métamorphose


Dans un songe, elle plonge dans la bouteille nocturne du poète. De ses lèvres languissantes il goûte toutes les scintillantes constellations naissantes, glissantes comme la caresse d'une larme de rosée sur son visage. Et dans un dernier vertige, le poète s'enivre des saveurs d'un rêve rempli de métamorphoses. 

Esther ©

© Elena Oganesyan




1 commentaire:


  1. Une fragance parcourt l'espace,
    C'est d'un flacon au bouchon déposé,
    Et les mots du poète s'évaporent,
    Flottent quelque temps, et dessinent,
    En paragraphes tous les matins du monde,
    Sa rosée, et les larmes de joie qui caressent ton visage.
    La pensée du poète, dont on ne connaît pas la source exacte,
    Virevolte, et multiplie les images,
    Directement sculptées de sa plume...
    Une fois parties, tutoyer les constellations,
    On ne peut plus jamais les rattraper,
    Et les enfermer à nouveau dans le flacon. *


    * Issu de la phrase d'Eric Dolphy, concernant la musique:
    "When you hear music, after it's over, it's gone in the air. You can never capture it again."

    RépondreSupprimer