01/11/2012

Mexico


Asio est arrivé à l'aéroport de Mexico. Il aurait pu aller n'importe où mais il prend directement un taxi pour le 247 rue de Londres. 
Il reste un moment devant la porte verte à cligner des yeux, cherchant quelque chose dans les rayons du soleil, puis se décide à tourner la poignée du bout des doigts. Tout autour de lui des murs bleus le contemplent, et un instant il y égare son ombre, son visage se reflète si fort qu'il s'incruste dans la couleur. Asio hésite puis l'arrache aux pigments et monte à l'étage, il connaît par coeur le chemin de l'atelier de Frida. 
Elle est là devant son chevalet, elle a le portrait de Diego tatoué sur le front. Asio s'approche, l'air tout autour de ses sourcils ne bouge pas, elle continue de promener ses pinceaux, de saturer l'espace de couleurs. Il s'agenouille devant elle qui ne semble pas le voir et toujours, toujours, peint devant elle et autour, et parfois déborde sur le visage de l'homme. 
Asio longe des yeux les cicatrices de Frida, il sait leurs voyages, dans le temps et sur la chair, et les voit à travers ou plutôt par delà le tissus coloré de la robe, et bientôt ce sont ses doigts, sa langue peut-être, qui les parcourent. Frida se laisse faire et rien n'arrête le geste de la peinture, ça voudrait dire capituler, oublier l'image. Et le visage de l'homme se transforme au rythme des déplacements sur la chair, Frida sourit et ne dit rien. 
Asio sort de l'atelier en titubant un peu, il tangue d'avoir avalé cette femme et d'être toujours lui-même, transpire la peinture, des rivières de couleurs naissent et meurent sur sa peau. Il sourit à son tour et s'effondre dans le jardin, veillé par un iguane. Il rêve qu'il a un visage de femme et un sexe d'homme et il aime ça. Il se réveille et se regarde dans le miroir des yeux de l'iguane et traverse la maison en sens inverse, l'atelier, se retrouve dans la rue. Il cherche un taxi et finit par monter dans un bus vide, et dans la nuit mexicaine s'en va chercher la suite de l'histoire, la seule possible.

Khun San ©

© Esther KÄ




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire