07/01/2013

"côte à côte seul à seul & peu à peu"


a vécu un joli été
loin de la ville
– pluie d’étoiles d’août –
a cru que l’été dure toujours
n’a pas aimé être contredit
par l’arbre & la feuille
a reniflé en quittant le merle
a plongé dans le sillage du sommeil
a dormi sous la lune rêveuse
– les enfants connaissent ce flottement juste avant d’embrasser un visage nouveau –
a vu des êtres occupés puis enterrés
côte à côte
seul à seul
& peu à peu
a compris
qu’ils étaient n’étaient pas étaient & plus moins plus

Claude Chambard © 





Le blog de Claude Chambard : Un nécessaire malentendu

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire