27/04/2013

Barcelone


Je n'ai pas vraiment été étonnée quand j'ai trouvé ce petit carnet, trouvé dans quel sens lui ou moi peu importe, il brillait sur la table d'un noir un peu moucheté, sous le soleil il apparaissait pailleté (le noir). La ville bruyait, le soleil et les parasols chauffants donnaient aux peaux des teintes rosées, il y avait des cheveux roux et un ciel bleu Klein, un peintre aurait probablement fait quelque chose de cette palette, moi je n'ai fait que saisir entre mes doigts le carnet à la couverture marron, parcourir ses petites pages en commençant par la fin. Des adresses, des numéros de téléphone, du beau monde, mort et vivant, quelques miettes et aussi des gouttes de café ça et là, d'un brun pas complètement désagréable.

A l'ami qui me rejoignait j'ai demandé avant même qu'il ne s'asseye :
- Et toi tu ferais quoi si tu avais trouvé l'adresse de Vila-Matas à Barcelone ?

Il a regardé fixement la ville qui défilait devant nous et au loin, et il a dit assurément rien, je me garderais bien d'en faire quoi que ce soit, en allumant une cigarette dans le coeur du parasol chauffant, je n'avais jamais vu ça. J'ai mis mes lunettes noires, tu m'excuses, il a hoché la tête et on est restés longtemps immobiles et silencieux pour ne rien ajouter à l'agitation de la ville.

Khun San © 
(A la verticale d'EVM)






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire