14/04/2013

Souvenirs


Sur les quais de gare, les souvenirs défilent dans un halo de lumière transperçant nos vitraux encrassés et usés. Des armures d'ombres errantes, dont l'acier poli scintille de manière fugace sous le regard, s'esquivent par des escaliers écorchés et se perdent dans d'obscurs souterrains surpeuplés.  

Le train est passé. 
Esther KÄ ©






5 commentaires:


  1. Votre texte est fulgurant, il me parle et me saigne. La photo que vous avez réalisée pourrait être insoutenable à la regarder trop longtemps. Indicible plaie à jamais béante

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour cher Nuageneuf,
    Je suis à la fois surprise et touchée que ce petit texte attire votre attention. Je suis cependant navrée qu'il vous "saigne", et espère que ce mauvais "train qui passe" s'estompe.
    Bien à vous, amitiés

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Esther, ce que dit Nuageneuf, je crois le comprendre. Mais ce train, votre train, votre gare, de quel cauchemar les exprimez-vous ? Superbe photographie, Esther l'Ondoyante,
    Patrick

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour cher Patrick,
    Navrée de vous répondre avec retard. Je ne pense pas qu'il s'agisse d'un cauchemar, mais plus d'une notion plus "générale" dédiée aux souvenirs qui traversent nos existences, ceux de chemins de vies croisées, d'évènements passés, de rencontres chères qui hantent la mémoire…
    Bien à vous, amitiés

    RépondreSupprimer
  5. Ce que j'aime surtout dans votre réponse c'est le point d'incertitude « Je ne pense pas qu'il s'agisse d'un cauchemar »
    Vous avez parfaitement raison de réserver la part incertaine, puisqu'il s'agit de la mêlée des songes, des êtres, des situations rêvées autant que vécues. Au reste, n'est-ce pas là, précisément, le territoire que vous hantez ? Je vous salue, l'Ondoyante.

    RépondreSupprimer